Publié le Laisser un commentaire

SAN

Je vous présente «San».

Je sais, San comme mon prénom, c’est pas une obsession mais une longue histoire dont je vous raconterai une partie..

Il y a quelque année, je contactais une couturière pour confectionner la robe. Pas n’importe quelle robe, mais celle de mon mariage.

Je ne savais pas encore coudre et la couture ne faisait même pas partie de mes hobbies ni de mes rêves, donc j’étais obligée de contacter quelqu’un pour la réalisation.

C’était une robe que j’avais vu sur une photo via internet, courte et assez simple.

Personnellement je n’ai jamais aimé les robes de mariée. J’aime bien les voir sur les autres mais pas sur moi, donc je ne voulais rien d’extravagant, de compliqué, de bizarre…

C’était vers février 2012, je connus cette couturière par hasard. Elle avait un atelier où elle travaillait avec son mari dans une rue assez connue dans le centre-ville, donc j’avais un peu de confiance.

Avant d’acheter les tissus, je lui demanda si elle était disponible et surtout s’il aurait été possible de faire cette robe pour le mois de juillet. Je lui montra la photo et sa réponse fut positive. D’après elle, il fallait juste acheter les différents tissus, me prendre les mesures et elle aurait simplement procédé avec son boulot.

Après notre entretien je lui procura tout le matériel dont elle avait besoin et le rendez-vous aurait été pour un premier essayage vers fin avril/mai, et elle m’aurait contactée pour fixer une date.

Selon elle, c’était une robe assez simple et il n’aurait pas fallu beaucoup de temps pour la réaliser.

Je laissa passer les deux mois. Fin d’avril pas de nouvelles, début mai pas non plus. Je décida de la contacter pour avoir des nouvelles, comme tout le monde aurait fait, je pense.

Parvenue enfin à l’avoir au téléphone, et elle me dit que tout se passait bien et qu’il fallait attendre encore quelques semaines.

Confiante et avec l’organisation du mariage, je lui laissa procéder avec son boulot. En fin de compte c’était elle la couturière et elle était censée savoir ce qu’elle faisait.

Quatre semaines s’écoulèrent et encore rien. J’essayais de la rappeler pour des nouvelles et elle me dit qu’elle avançait et qu’il fallait que je passasse vers fin juin pour essayer, et normalement tout se serait bien passé.

Ok, confiante je continuais à organiser le mariage, et comme le temps passait rapidement c’était déjà fin juin. Je la recontacta et cette fois ce fut son mari qui répondit au téléphone : « Bla bla bla… Oui Mme… ma femme n’est pas en ville en ce moment, elle vous appellera dès son retour. »

Quoiiiii ??? C’était une blague !

Si on avait un rendez-vous comment se fait-il qu’elle ai quitté la ville sans rien me dire ?

Ok, là je commençais à paniquer, je n’y croyais pas. Je commençais à me poser un tas de question : « Et si ma robe n’étais pas prête, comment allais-je faire ? C’est trop tard pour trouver une nouvelle robe. » Au secours, à un mois du mariage je n’aurais pas eu de robe.

Mon mari essaya de me calmer, selon lui, si elle avait promis, il fallait avoir confiance. Il n’y avait pas de quoi s’inquiéter…

Je passa à l’atelier et elle n’était pas là, son mari apparemment n’était pas au courant et il aurait fallu attendre le retour de sa femme.

Du coup je n’avais pas de choix, à un mois du mariage et en plus ayant acheté des tissus assez chers, je ne pouvais qu’attendre et espérer que ma robe fût prête.

Dès son retour, comme promis, elle m’appela et me dit qu’il fallait que je passe à l’atelier.

Et ce fut comme ça qu’à deux semaines de mon mariage je me retrouva sans robe et surtout avec le tissu tout comme si je venais de l’acheter. Donc toutes ses justifications étaient fausses et elle n’avait jamais commencé à coudre ma robe.

Je n’ai jamais compris pourquoi, et de toute façon en ce moment là ça ne m’intéressait pas parce qu’il fallait que je trouve à tout prix une solution.

Solution que enfin je trouva. Une autre histoire à raconter…

C’est de là que vient le nom SAN, parce que cette robe a été réalisée avec les tissus de celle qui aurai dû être ma robe de mariée.

C’est pas la même robe courte que je voulais, mais on reste toujours dans des modèle simples et fluides avec l’ajout de la dentelle que j’adore beaucoup.

A bientôt avec un nouveau article pour une nouvelle création !

Laisser un commentaire